Architectes du plein potentiel

Fondée par les architectes Nathan Bonneville et Pierre-Charles Gauthier, Épigraphe compte aujourd’hui quinze professionnels, architectes, collaborateurs et collaboratrices. Notre croissance très rapide nous a amené à exercer au sein d’importants consortiums. Pour la seule rentrée 2023, nous participions à la livraison de quatre nouvelles écoles secondaires.

Notre vision de développement s’inscrit dans la transition socioécologique et mise sur une architecture d’impact à long terme. Nous repensons l’expansion urbaine pour favoriser l’épanouissement individuel et collectif pour les générations futures. Cette posture de pérennité guide tous nos projets, tant dans leur qualité architecturale que dans leur capacité à réaliser le plein potentiel des communautés qui y vivent.

La proximité est pour nous un vecteur de développement essentiel à la réalisation de projets durables. Installés par choix en plein cœur de Beloeil, en Montérégie, nous avons su nous démarquer par la relation privilégiée et hyper collaborative que nous offrons aux donneurs d’ouvrages grâce à ce rapprochement avec les collectivités desservies.

Nos piliers

Hyper-collaboration
Inclusion & transparence
Intention critique
Remise en question & mise sous tension
Impact positif
Développement durable & engagement
Long-termisme
Esprit visionnaire humanitaire & optimisme infaillible

Notre équipe

Chloé Darmanté
Henri Hudon
Kevin Partyka
Laurence Lavallée
Luigi Beaulieu
Marco Chimienti
Margot
Marianne Benoit
Marie-Pier Robidoux
Martin Leclerc
Merle Risy
Nathan Bonneville
Pierre-Charles Gauthier
Simon Fortier
Tania Hébert

Ont travaillé chez Épigraphe

Agathe Liné
Alec Chenard
Aline Flamant
Alisha Kapoor
Antoine Laprade
Christoph Opitz
Elsa Barkats
Jonathan Kabumbe
Léa Carpentier
Léa Levionnais
Marie Hamon
Tran Trung-Dung
Valérie Beauregard
William Cloutier

Concours pour la nouvelle salle de spectacle de Petite-Vallée

Année
2021
Client
Village en chanson de Petite-Vallée
No items found.
Visuels
Description
No items found.

Une salle de spectacle intégrée au paysage de Petite-Vallée

Notre ambition pour la salle de spectacle à Petite-Vallée était d'offrir une réponse sensible au contexte en créant une architecture paysagère qui se déployait avec subtilité et en douceur dans le paysage du littoral gaspésien. Nous souhaitions créer un lieu de rayonnement musical sans pareil, une interface avec la nature propice à la communion, à l’échange et à la création. Nous imaginions un lieu qualifié par son émergence et son effervescence sans toutefois en dénaturer la quotidienneté et le caractère introspectif. Un lieu où la force des mots et la force de la mer étaient à nouveau réunies et chantaient ensemble à l’unisson.

Le rivage réimaginé

Nous avions proposé une implantation en retrait du rivage, acculée au chemin de la longue-pointe, ce qui permettait à la rive de retrouver une épaisseur. Cette épaisseur nouvellement créée ne séparait pas. Au contraire, elle entremêlait. Elle permettait de répondre au désir de contact, puisque ce recul stratégique nous permettait de drainer les individus sur la grève et de multiplier les possibilités d’usage en autorisant l’aménagement plus ou moins formel et programmé d’espaces au contact de l’eau (que ce soit par l’événementiel ou le festif, la déambulation ou la contemplation, ou même par l’expérience du toucher). Le réaménagement du site participerait à l’expérience des artistes et des festivaliers, mais résonnerait aussi dans la quotidienneté des habitants de Petite-Vallée.

En symbiose avec la nature

Pour préserver la beauté de l'approche du site et la vue sur la longue-pointe, une proposition a été avancée : un bâtiment partiellement enfoui le long de la route. La topographie préexistante se prêtait bien à cette initiative, offrant aux visiteurs une expérience immersive avec la mer et une découverte tout en finesse de la salle de spectacle. Celle-ci abandonnait une implantation traditionnelle au profit d'une scénographie progressivement révélée. Seule une longue façade vitrée, découpée dans le flanc de la colline, laissait entrevoir la présence de la salle de spectacle. La toiture se fondait harmonieusement dans le paysage, suivant la ligne de la topographie et favorisant la biodiversité locale, tandis que des sentiers sauvages la rendaient accessible pour la découverte.

Seule une longue façade vitrée laissait entrevoir la présence de la salle de spectacle.

Élégance boisée et ouverture sur la mer

À l’intérieur, les festivaliers étaient accueillis par une toiture majestueuse en bois qui filait sur toute la longueur du bâtiment et dans la salle. Tous les espaces publics et événementiels étaient en contact direct avec l’extérieur grâce aux vues et accès multiples offerts par la longue façade vitrée. Les espaces de bistro et administratifs étaient disposés autour d’une cour intérieure accessible qui permettait aux occupants de sortir à l’extérieur tout en étant à l’abri de la mer et du vent.

Équipe : Épigraphe architectes + VLAN paysages

Poursuivre la lecture