Architectes du plein potentiel

Fondée par les architectes Nathan Bonneville et Pierre-Charles Gauthier, Épigraphe compte aujourd’hui quinze professionnels, architectes, collaborateurs et collaboratrices. Notre croissance très rapide nous a amené à exercer au sein d’importants consortiums. Pour la seule rentrée 2023, nous participions à la livraison de quatre nouvelles écoles secondaires.

Notre vision de développement s’inscrit dans la transition socioécologique et mise sur une architecture d’impact à long terme. Nous repensons l’expansion urbaine pour favoriser l’épanouissement individuel et collectif pour les générations futures. Cette posture de pérennité guide tous nos projets, tant dans leur qualité architecturale que dans leur capacité à réaliser le plein potentiel des communautés qui y vivent.

La proximité est pour nous un vecteur de développement essentiel à la réalisation de projets durables. Installés par choix en plein cœur de Beloeil, en Montérégie, nous avons su nous démarquer par la relation privilégiée et hyper collaborative que nous offrons aux donneurs d’ouvrages grâce à ce rapprochement avec les collectivités desservies.

Nos piliers

Hyper-collaboration
Inclusion & transparence
Intention critique
Remise en question & mise sous tension
Impact positif
Développement durable & engagement
Long-termisme
Esprit visionnaire humanitaire & optimisme infaillible

Notre équipe

Chloé Darmanté
Henri Hudon
Kevin Partyka
Laurence Lavallée
Luigi Beaulieu
Marco Chimienti
Margot
Marianne Benoit
Marie-Pier Robidoux
Martin Leclerc
Merle Risy
Nathan Bonneville
Pierre-Charles Gauthier
Simon Fortier
Tania Hébert

Ont travaillé chez Épigraphe

Agathe Liné
Alec Chenard
Aline Flamant
Alisha Kapoor
Antoine Laprade
Christoph Opitz
Elsa Barkats
Jonathan Kabumbe
Léa Carpentier
Léa Levionnais
Marie Hamon
Tran Trung-Dung
Valérie Beauregard
William Cloutier

Concours pour la rénovation du centre Gadbois à Montréal

Année
2020
Client
Ville de Montréal
No items found.
Visuels
Description
No items found.

Le centre Gadbois, un lieu d'engagement et de festivités

Notre objectif lors du concours du centre Gadbois était de concevoir un complexe sportif novateur qui tirait pleinement parti du caractère événementiel et exceptionnel du monde culturel pour l'incorporer à un programme sportif et communautaire.

Nous avons transformé les habitants en participants engagés dans un centre inspirant et festif.

Tous se souviennent de l’attente menant au début d’une prestation, le brouhaha d’une foule impatiente, le trac d’arrière-scène ou la petite tape d’encouragement avant de se lancer dans le vide.

Entre sport, spectacle et communauté

Notre parti architectural pour ce projet proposait des interventions structurantes au bâtiment existant dans le but de créer un centre Gadbois renouvelé agissant comme une plateforme de médiation, de déploiement et de diffusion du sport au sein de la communauté. À chaque pas comme à chaque lancé de ballon, l'expérience et la découverte du lieu se faisait dans un univers inspiré des référents, des relations et de la dynamique propres au spectacle. Les plateaux sportifs devenaient des scènes lumineuses qui offraient un regard privilégié sur le quartier et s'ouvraient sur les espaces publics du centre. Ils étaient des lieux de collégialité, d'apprentissage, de plaisir et de camaraderie, mais aussi de prestation, d'exploit, de dépassement de soi et de grande fierté.

La métamorphose de la salle polyvalente

Le premier geste architectural comprenait la requalification de l’ancienne salle de spectacle en salle polyvalente, transparente et ouverte sur le programme public. Notre intention était à la fois de conserver l’esprit du lieu et d'offrir un espace qui pourrait servir de plateau sportif, d’espace de diffusion, mais aussi d’extension de l’espace public du programme. En bordant la pièce de cloisons amovibles, cet espace devient poreux et permet de bonifier le cœur communautaire du centre. Pouvant être refermée partiellement ou complétement par des parois vitrées, la salle polyvalente est l’endroit idéal pour tenir des spectacles de danse, des démonstrations de karaté ou encore un match de basket au profit d’une œuvre caritative. À proximité de l’accueil, le lieu s’articulait et s’arrimait au niveau N2, voué entièrement aux spectateurs des différentes vitrines sportives. C’est ainsi que lors de la mi-temps d’une partie de hockey, il est possible de découvrir une pratique de boxe, une compétition d’haltérophilie ou d'observer des trampolinistes s’élancer toujours plus haut.

Répartition stratégique des équipements

Le second grand geste consistait à positionner la palestre sous le plateau triple. Ce choix programmatique, qui considérait les hauteurs libres prescrites au PFT, permettait de relier les deux nouveaux espaces sportifs aux niveaux de plancher existants N1 et N3 et ainsi d'éviter l’ajout d’un niveau intermédiaire supplémentaire. L’agrandissement proposé au N1 comportait donc principalement la palestre de gymnastique. Avec son dégagement sous structure de 7 mètres, cet espace, accédé de plain-pied au niveau N1, permettait d’y superposer, au niveau 3, le gymnase triple. Cette répartition des deux grands programmes ajoutés avait été faite dans le but d’en démocratiser l’accès à tous sans avoir à intégrer des rampes, monte-personnes ou demi-niveaux complexes à pratiquer au quotidien.

L'usager principal au centre des préoccupations

L'appropriation du nouveau centre par son usager principal, le sportif, commençait dès l’approche au site. Notre proposition envisageait un important maillage des différents points d’accès avec le tissu urbain environnant. Privilégiant d’abord les modes de déplacement actifs vers le CG, nous imaginions que l’accès principal se ferait dans le prolongement du Woonerf Saint-Pierre, qui s’ouvrirait sur une nouvelle entrée principale communautaire, agissant comme signal clair et manifeste du centre. Situé à l’Est du bâtiment, cet accès se faisait en déambulant dans une nouvelle place publique parsemée de marquages au sol, d’équipements sportifs et d’aménagements offrant au public la possibilité de se prêter à un match impromptu entre amis tout comme à un pic-nic estival.

Le réaménagement du parvis de l’entrée sud permettait également d’y insérer des espaces de jeu dédiés aux enfants et adolescents, avec un terrain de jeux d’eau face à la piscine et un parc de planche à roulettes sous le viaduc de l’autoroute 15. Pour célébrer le patrimoine industriel du lieu, nous avons également intégré une structure de jeu inspirée du Gazomètre qui autrefois jalonnait le site.

Poursuivre la lecture